Crise et licenciements au casino : conjoncturel ou structurel ?

Depuis la deuxième partie du 20ième siècle, les jeux de casino sont devenus très populaires dans le monde. Ils le sont même encore plus à l’ère d’internet avec l’avènement des casinos en ligne. Cette importante transformation n’est pas sans conséquence sur les casinos traditionnels même si elle ne semble pas la cause de nombreux licenciements relevé sur l’année 2020. Dans un contexte de crise d’une crise Covid qui n’a que trop perduré, les acteurs comme les promoteurs de casinos traditionnels s’inquiètent. Un point sur ce secteur devenu sensible.

La situation des casinotiers traditionnels devient inquiétante

Le secteur des jeux de casinos compte aujourd’hui en France près de 15 000 emplois directs et 45 000 emplois indirects. Sans être titanesque comme bassin d’emploi, ce secteur niche représente un poids non négligeable dans la balance. Les mesures sanitaires ne semblent pas les seules en cause et le secteur doit faire face à de sérieuses baisses de fréquentations. Les casinos n’auraient-ils plus la cote ? Il va être difficile d’y voir clair tant que le climat de peur règnera autour de l’épidémie. On sait bien que les lieux de divertissements pâtissent le plus de cette atmosphère. Quoi de plus déprimant que de se rendre masqué dans un lieu de détente ?

Avec l’avènement du numérique, une partie de la clientèle de ces casinotiers traditionnels s’est peut-être aussi tournée vers les loisirs virtuels. De nouveaux acteurs comme le casino en ligne « Play Regal » deviennent de plus en plus populaires. Le site casinosenligne.net en parle d’ailleurs dans sa revue des meilleurs casinos virtuels français. On sait que la crise sanitaire a clairement profité aux jeux et aux casinos en ligne. L’observateur du jeu s’en est même inquiété l’année dernière. On imagine que ces établissements de jeu virtuels ont du développer de nombreux efforts commerciaux et marketing pour tenter de fidéliser cette manne de nouveaux clients. On sait que les casinos du web et le sites de jeux en ligne sont très agressifs sur les offres commerciales. Entre offre bonus, accessibilité et ouverture 24/24, ils possèdent aussi des avantages que ne peuvent pas toujours offrir les casinos traditionnels. Cet état de fait n’est peut-être pas sans conséquence sur les recettes de ces derniers ? Difficile à affirmer. On sait juste qu’il est légalement interdit pour les casinos du sol français d’exploiter leur jeux en ligne.

Mais alors l’âge d’or des casinos traditionnels commencerait-il à s’essouffler ? Il est peut-être temps pour le secteur d’innover et de trouver de nouveaux débouchés pour attirer à nouveau le monde dans ses salles ? Selon les explications fournies par le directeur du groupe Barrière pour justifier les licenciements, le casino ne connait plus son taux de fréquentation habituelle d’il y a quelques années. Il en résulte une chute radicale de leurs recettes que les aides de l’Etat en relation à la Covid n’ont pas suffi à compenser. Voilà ce qui expliquerait les mesures de licenciements observées. Cependant, ces arguments n’ont pas semblé convaincre les syndicats qui ont pu juger les licenciements effectués comme opportunistes.

Si, dans la foulée de l’industrie de la restauration et de l’hôtellerie, les licenciements du secteur sur l’année 2021 ne se comptaient pas non plus par centaines, ce genre de mesure n’est jamais de bonne augure et tout le monde attend désormais de voir les signes d’une véritable reprise.

Un syndicalisme ébranlé

A propos de syndicats de casinos français, ils ne fédèrent pas l’ensemble des établissements de jeu. Ainsi, le syndicat des casinos de France regroupe 80 casinos, dont le groupe Barrière. En dehors de ce syndicat, il existe également le syndicat des casinos modernes. On note qu’environ 46 entreprises de casino sur 170 sont restées hors syndicat. Cette division s’explique essentiellement par la concurrence farouche qui existe entre ces diverses entreprises. Pareillement, les manœuvres de débauchage de personnel constituent l’une des principales causes des divisions rencontrées au sein des syndicats de casinos. Difficile de s’allier dans ce contexte.

Tout cela n’est pas sans conséquence sur le secteur du casino. La première répercussion, la plus importante d’ailleurs étant le manque de représentativité de ces syndicats. Les casinos ont quelquefois beaucoup de mal à se faire entendre au vue de réel manque de cohésion interne. Au bout du compte, ces divisions au sein du secteur du casino sont préjudiciables aux intérêts de l’ensemble et il ne serait pas inepte de réfléchir à à une meilleure cohésion interne qui ne pourrait que jouer en faveur des casinos, de leurs intérêts, et de leur image.

Laisser un commentaire