8 réactions au sujet de « Frédéric Genevée : « L’appel à faire Force commune est ouvert à toutes les expérimentations » »

  1. Alain Guillou Réponse

    Il faut il ne faut pas…L’essentiel me semble d’apprendre à être vrai soi même, vraiment engagé dans l’organisation qui convient …et …
    & justement , y apprendre la dialectique (plus ou moins « complexe ») de ce  » &  » : afin de rendre chaque organisation « compatible » avec un « FRONT COMMUN »…les dogmatismes sont partout, même s’ils y sont « à des degrés divers » : ce que la fréquentation de Marx aurait pu nous faire saisir, c’est LA NECESSITE HISTORIQUE DIALECTIQUE D’UNE MISE EN COMMUN…Car chacun doit clarifier CE QU’IL A à PARTAGER !

  2. Alain Brachet Réponse

    Mon commentaire est plutôt relatif au texte même de la pétition où je relève deux phrases contradictoires… et donc peu compatibles avec un large soutien:

    1. » C’est possible si réussissent à converger et à faire force politique commune… et donc les forces organisées dans lesquelles elles l’expriment »

    2. »… mots d’ordre tombés du haut d’organisations verticales et monolithiques construites sur la discipline et l’oubli de soi » (à noter aussi le sens problématique de cet « oubli de soi »?)

    J’aimerais comprendre…

  3. Tournier Réponse

    Il y a un grand mouvement avec une vrai dynamique citoyenne; pour faire front commun il y a une vrai solution …adhérer librement à la France Insoumise et œuvrer à l’intérieur de ce mouvement, c’est la seule solution pour rassembler tout le Peuple de Gauche … jean-Marc Tournier

  4. Richard Réponse

    J’ai signé le premier appel mais pas celui-ci
    La volonté hégémonique et destructrice de la France Insoumise est la raison principale
    Je n’ai aucune confiance en Mélenchon et sa direction auto-désignée
    Je suis convaincu qu’il faut s’unir mais pas à n’importe quel prix
    La dynamique est émoussée,la cause est évidente

  5. Isabelle MARILIER Réponse

    Je suis dans un groupe d’appui de FI mais il y a de fortes probabilités que je le quitte. Il est très difficile d’avoir une position critique et la verticalité de ce mouvement est prégnante, malgré le fait que l’on fait croire que tout un chacun peut décider. Les propos de Mélenchon sur les Insoumis en Corse n’incitent pas à s’impliquer plus dans la FI. Préférer discuter avec les nationalistes plutôt qu’avec le PCF relève de la paranoïa

  6. JARDON Pierre Réponse

    Monsieur Tournier,les membres de n’importe quel parti se réclamant de la gauche pourraient dire la même chose que vous mais le problème ne serait pas résolu.

  7. GERMONT Michel Réponse

    Depuis mars 2016, des militants, des citoyens dont c’était le premier engagement, de toutes sensibilités de la gauche et de l’écologie politique, du mouvement syndical et associatif décident de former un mouvement citoyen largement ouvert jugeant déjà que tout ce qui les éloigne est moins important que ce qui les rassemble. Ils décident d’un processus constituant et d’une élaboration programmatique commune autour de la campagne de JL Mélenchon. Ils veulent faire vivre leur sensibilité « dans un nous » qui les contienne tous. Ils s’appuient sur un incomparable capital d’expériences et d’espérance jusqu’aux mobilisations les plus récentes. La puissance des outils numériques leur permet d’échanger et d’agir à tous les niveaux. Elle sera déterminante. La diversité et la liberté des initiatives individuelles et collectives seront fondées sur un socle politique commun : le programme qu’ils ont construit ensemble. L’avenir en commun. Ils expérimentent la création d’un très large rassemblement.
    Aujourd’hui une majorité de militants issus de la sphère d’influence du PCF et de ce parti lui-même, propose une initiative semblable à s’y méprendre, pour une Force Commune alors qu’ils ont boudé la première en 2016 et 2017. J’ai signé l’appel à un Front Commun et j’ai participé à la création de LFI. Oserais vous le rappeler mes chers camarades, vous nous avez manqué énormément, je dirais même “cruellement”. Où étiez vous ? Frédéric GENEVEE affirme que LFI a du mal à passer un cap je lui propose de se demander si il n’y est pas un peu pour quelque chose. Car il s’en est suivi des déchirements insupportables, des rancoeurs, de l’aigreur et même un esprit assez revanchard à la suite du fiasco des législatives. Tout cela aurait pu être évité si vous n’aviez accusé (une fois encore) un temps de retard. C’est d’autant plus triste que vous aviez , contrairement à d’autres au parti, analysé fort justement ou anticipé la crise de la gauche de rupture et de transformation sociale, le fiasco prévisible de primaires menteuses, le formidable rejet d’une Nème tentative d’union de la gauche même élargie mais toujours autour du couple PCF-PS, le séisme politique qui allait tout emporter aux Présidentielles, la lassitude et l’écoeurement des masses après la trahison “éclatante » du mandat Hollande, l’infâme brutalité accompagnant la Loi El Khomri.
    J’accepte de laisser derrière moi les querelles, j’aspire toujours à former avec d’autres la force politique de transformation démocratique sociale et écologique. Je suis effaré par la violence des affrontements fratricides sans fin alors que la Maison Sociale brule et que l’avenir s’assombrit pour la paix et la préservation de notre planète. Je ne suis pas du genre à cracher dans la main qui m’est tendue avec autant de sincérité. Mais QUE DE TEMPS PERDU !!
    Je m’interroge : comment me mobiliser à nouveau et refaire le chemin déjà fait, pourquoi s’investir dans la construction d’une nouvelle maison alors qu’il en existe déjà une en chantier, toujours ouverte et qui a déjà fait ses preuves. J’ai vraiment envie de vous y inviter, vous y avez toute votre place et tant de choses à apporter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *